Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

dimanche 17 juillet 2011

Jean-Louis Borloo sait pouvoir compter sur les siens. La fédération du Loiret prépare aussi sa candidature.

Jean-Paul Alduy, chargé de la promotion de Jean-Louis Borloo à Paris

Publication LA CLAU Samedi 16.7.2011. 00:15h

La possibilité d'une candidature du centriste Jean-Louis Borloo à la présidentielle de 2012 sera précisée à l'automne. Dans l'immédiat, le sénateur Jean-Paul Alduy, vice-président du Parti Radical de M. Borloo, est chargé par ce dernier d'effectuer du lobbying auprès de ses camarades sénateurs, à Paris.
Tous les partis du centre français, à l'exception du Mouvement Démocrate de François Bayrou, ont rejoint l'Alliance républicaine centriste et écologiste le 26 juin, en vue d'une candidature de l'ancien ministre Jean-Louis Borloo à la présidentielle de 2012. Dans ce contexte, de Perpignan à Paris, le vice-président du Parti Radical, Jean-Paul Alduy, se montre très actif pour convaincre ses amis de Sénat, d'autant que son parti ne cesse de dénoncer la dérive droitière de l'UMP. Malgré la perspective des élections sénatoriales du 25 septembre prochain et de sa propre réélection, l'homme fort de l'agglomération Perpignan-Méditerranée est notamment chargé de convaincre les six sénateurs radicaux présents sur l'ensemble du territoire français, ainsi que les dix sénateurs du Nouveau Centre, de cette stratégie d'opposition au parti de Nicolas Sarkozy, qui a menacé de déclarer des candidatures face aux élus centristes. Sur cette base, le dénouement de la candidature Borloo devrait se décanter à l'automne, après les sénatoriales, avec la possibilité d'un choc entre candidats de l'UMP et du centre pour les législatives de 2012.

Dans les Pyrénées-Orientales, l'UMP et le Parti Radical sont déjà à couteaux tirés entre le maire UMP du Soler, François Calvet, candidat aux sénatoriales, et le sénateur Jean-Paul Alduy, appuyé par une fédération du Parti Radical qui a décuplé ses adhésions ces derniers mois. Ces élections de 2011 et 2012 permettront sûrement d'affirmer la suprématie d'un camp sur l'autre sur l'ensemble de la frange droite territoriale du Pays Catalan. En coulisses, certains imaginent déjà les élections territoriales et municipales de 2014. Ces dernières pourraient rappeler celles de 1993, lorsque Jean-Paul Alduy s'était à la fois opposé à la droite RPR, au Parti Socialiste, et à un Front National.


Jean-Paul Alduy, vice-président du Parti Radical et sénateur des Pyrénées-Orientales, et Jean-Louis Borloo, président du Parti Radical, 2008 © Javi Cabrera A la tribune, lors du 111ème Congrès, Jean-Paul Aldui a vivement défendu l'émancipation immédiate du Parti Radical de l'UMP et la candidature de Jean-Louis BORLOO à la présidentielle de 2012.

[ Le comité de soutien du Loiret à la candidature de Jean-Louis Borloo ( Loiret Borloo 2012) à cette adresse : www.borlooloiret2012.fr ]