Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

mardi 6 septembre 2011

Communiqué de presse du Parti Radical du Loiret : Un plan "Borloo" pour maîtriser les comptes publics et résorber la crise

COMMUNIQUE

Un plan "Borloo" pour maîtriser les comptes publics et résorber la crise

Face à l’impératif de maîtrise des déficits publics, Jean-Louis Borloo et les Radicaux regrettent que le plan présenté par le Gouvernement ne soit pas à la hauteur des enjeux soulevés par la crise financière et ne permette pas le nécessaire rééquilibrage entre taxation du travail et taxation du capital.

Quelques jours avant les annonces du gouvernement, Jean-Louis Borloo avait présenté un plan, de 20 milliards, conciliant lutte contre la crise, croissance et justice sociale.

Ce plan en cinq points propose notamment : 


- de relever l'imposition des hauts revenus et des très hauts revenus par la création d'une nouvelle tranche d'imposition de 46% et d'une taxe exceptionnelle de 4% (sur une durée limitée de trois ans) pour les revenus supérieurs à 500 000 euros par personne. 

- de mettre à contribution les grandes entreprises françaises par la création d'une cotisation exceptionnelle de 2% sur le bénéfice avant impôt de toutes les entreprises cotées en bourse, ainsi que la suppression de l'exonération des plus-values de cession de participation des holdings (dite « Niche Copé ») 

- de taxer les transactions financières, seule activité qui échappe aujourd'hui à toute taxation et qui à elle seule pourrait rapporter entre 8 et 17 milliards d'euros par an.

Les Radicaux souhaitent aujourd'hui que les mesures de ce plan, qui est une alternative à la rigueur du plan gouvernemental, puissent être adoptées. Ainsi à l'occasion des discussions à l'Assemblée Nationale sur le projet de loi de finance, les 6 et 7 septembre prochains, Jean-Louis Borloo et les parlementaires Radicaux défendront ces mesures essentielles pour lutter efficacement contre la crise tout en préservant les ménages, les PME et les services publics.