Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

dimanche 9 septembre 2012

Le Grand Parti du Centre ne saurait être "grand" avant d'être parti

Nul doute. On observe actuellement beaucoup d'agitation et de déclarations concordantes de la part d'un certain nombre de leaders centristes.

A tel point que la création d'une nouvelle fédération du centre est désormais actée par la Presse politique.

A lire celle-ci des décisions fermes ont été prises...une organisation a été mise en place...des fonctions ont été distribuées... 

La fin, qui n'est pas pour me déplaire, tant j'ai milité pour sa réalisation, ne saurait toutefois justifier les moyens et notamment l'absence de consultation et donc d'implication de la base militante...

Et ce n'est pas parce que cette nouvelle formation devrait s'ouvrir aux "divers droite" et aux "adhérents directs" avec tous les risques que cette absence de filtrage va faire peser sur la démocratie interne, qu'il faut négliger le débat au sein des futurs partis fédérés.

La nouvelle association ne sera forte et fructueuse que si elle est le plus largement, librement et légitimement consentie.

Alors ne brusquons pas les étapes.

Maintenant que les principaux leaders de nos partis se sont entendus, laissons à leurs instances statutaires le soin de décider des conditions et des modalités de leur adhésion à la future fédération.

Lorsque ce sera chose faite, peut-être à défaut de "mariage d'amour", nous aurons au moins une alliance de raison...pour le meilleur, laissant le pire loin derrière nous.