Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

lundi 23 septembre 2013

Pétition pour le rétablissement des avantages liés aux heures supplémentaires pour les salariés et les fonctionnaires

" Chère Madame, Cher Monsieur,

Face à l’autisme du pouvoir politique en place à revenir sur ses erreurs, en particulier sur la suppression des avantages liés aux heures supplémentaires et malgré les demandes de toutes parts et notamment de l’UDI par la voix de Jean-Louis Borloo, j’ai décidé de lancer une


En signant cette pétition ICI, vous pouvez participer à un élan permettant, peut-être, à des millions de salariés du public et du privé, de retrouver leur niveau de pouvoir d’achat. Ils comptent sur vous !

Amitiés,

Yves Jégo
Délégué général de l'UDI "

Une passerelle sur la Loire ... et pourquoi pas un télécabine ..!

Une passerelle … entre élections municipales …

Voici que la candidate socialiste aux élections municipales de 2014 sur Orléans ressort du placard le projet de passerelle piétonne enjambant la Loire. L’idée n’est absolument pas nouvelle car elle a été développée pour la première fois en public par l’association « Orléans Cathédrale », dont j’étais le secrétaire, à l’occasion de ses travaux en vue des élections municipales de 1989 … Le projet avait même été soumis aux deux candidats d’alors, messieurs J-P Sueur et J-L Bernard, lors d’une réunion publique aux Halles Châtelet. Par la suite pendant la campagne précédant les élections municipales de 2001, dans laquelle je me suis beaucoup investi, l’idée a fait l’objet d’un débat renouvelé avant d’être rejetée pour de multiples raisons qui me paraissent, aujourd’hui encore, évidentes.

Lorsque nous avons pour la première fois envisagé la création d’une passerelle, en 1989, l’écologie et le développement durable n’étaient pas encore des préoccupations majeures comme aujourd’hui. Désormais la compatibilité d’un tel projet avec ces impératifs catégoriques me paraît douteuse, d’autant que la Loire est classée Patrimoine Mondial de l’UNESCO … A cet égard, faciliter la circulation des promeneurs sur les duits ne serait assurément pas une bonne chose, sachant que ces derniers sont un refuge de biodiversité essentiel, au cœur de l’agglomération, ou vivent de nombreuses espèces d’oiseaux (migrateurs, hérons etc.)…

De plus, l’utilité d’une telle infrastructure me semble contestable dans la mesure où le temps de trajet pour relier le parvis de la Cathédrale à la place de la bascule, de l’autre côté de la Loire en ligne droite, via le pont Georges V, ne représente qu’une 15e de minutes à pied, tandis que la présence de la ligne A du Tramway qui traverse le fleuve entre les stations « Royal Châtelet » et « Tourelles Dauphine » constitue le moyen de transport en commun le plus efficace entre les deux berges.

A l’heure actuelle, il serait donc plus judicieux d’envisager une traversée de la Loire par télécabine entre la place de Loire (avec un débarcadère pourquoi pas sur le jardin de la Charpenterie) et la place de la Bascule. Cela serait davantage « éco-compatible », et probablement moins onéreux.

Il me paraîtrait également pertinent d’étudier une liaison identique entre le quai du Roi et l’île Charlemagne, afin que les petits et grands Orléanais puissent accéder plus facilement - et rapidement - à la base de loisirs, dont le potentiel est à mon sens insuffisamment exploité. Cette solution serait également justifiée par l’impératif écologique dans la mesure où la desserte actuelle de la base de loisirs se fait quasi exclusivement par automobile, via le pont Thinat et la rue de la levée.

Bien sûr, il reste à savoir si cela est du domaine du rêve ou du possible ... mais l'idée est là et j'espère qu'elle suscitera le débat.

Pascal Vilain
- Retour presse & blogs :