Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

mercredi 30 octobre 2013

ARENA : un report sine die qui sonne le glas de l'ambition sportive nationale et internationale d'Orléans

Fédération du Loiret

COMMUNIQUE

La fin du projet ARENA, ou tout du moins son renvoi sine die, sonne le glas de l’ambition orléanaise de devenir un des grands carrefours français du sport.

L’Opposition municipale s’en glorifie.

Pourtant nul ne peut contester sérieusement que La France et son sport national, la Région Centre et ses équipes championnes, Orléans et son agglomération dans leur  dynamique de développement, avaient besoin d’un tel équipement, également projeté multimodal, seul susceptible de permettre l’organisation d’événements sportifs ou culturels de niveau international.

Orléans  vient donc de perdre une nouvelle fois la chance de pouvoir s’arracher de son orbite parisienne et de se hisser parmi les métropoles françaises et européennes de demain.

Notre ville, au sein de son aire de développement, a en effet besoin d’être pensée pour ce qu’elle ambitionne de devenir, c’est-à-dire avec des équipements phares de nature à lui procurer un rayonnement européen et international lui garantissant son attractivité et  donc sa prospérité.

C’est pourquoi une ARENA, malgré son coût, lui était nécessaire.

Je déplore donc la politique à courte vue avec laquelle la Gauche, qu’elle soit Opposition à Orléans, Majorité régionale ou encore au  Gouvernement, a fait avorter ce projet.

Je préfère néanmoins ce manque de vision de sa  part à des préoccupations plus bassement politiciennes, car ce sont les orléanais, les loirétains, les habitants de la Région Centre et finalement tous les Français qui vont s’en trouver victimes.

Orléans, le 30 octobre 2013

Pascal Vilain

mardi 15 octobre 2013

Réaction du Parti Radical Loiret à l' "affaire de la quenelle" relative à une réunion des jeunes de l'UDI, de l'UNI et de l'UMP

Fédération du Loiret


Communiqué

J’ai pris connaissance avec consternation que de jeunes militants se prétendant issus de l’UDI , s’en déclarant même responsable pour l’un d’entre eux, ont organisé et tenu il y a une huitaine de jours une réunion festive en présence de représentants des mouvements UNI et jeunes Pop, à l’issue de laquelle des manifestations à caractère antisémite ont été constatées et, pire encore, rendues publiques.

C’est ainsi que sur des photographies de groupe qui viennent d’être publiées dans la Presse, plusieurs jeunes exhibent le signe antisémite dit « salut de la quenelle ».

Je réprouve avec la plus grande vigueur la naïveté avec laquelle de jeunes centristes ont pu se laisser précipiter dans un tel traquenard aux relents xénophobes et racistes.

Je serai plus sévère à l’égard des organisateurs et notamment de celui qui s’est présenté comme le responsable des jeunes UDI et qui n’est pour le moment que le jeune protégé et membre du bureau du président départemental de l’UDI, en raison de l’imprudence et de l’inconséquence avec laquelle il a convié de jeunes réactionnaires à cette soirée et les a laissés s’exprimer.

A cet égard il est très important de souligner que les jeunes radicaux n’étaient pas présents à cette réunion, à laquelle il n’était guère envisageable qu’ils assistent, compte tenu de la sensibilité très droitière de participants issus de l’UNI ou du CNIP, parti d’ailleurs récemment exclu de l’UDI pour cette raison.

J’approuve donc la réaction rapide et ferme de condamnation du secrétaire général de l’UMP du Loiret, Monsieur Stéphane Fautrat.

Je regrette par contre profondément le silence de plomb des instances dirigeantes de l’UDI du Loiret qui, à ma connaissance, n’ont pas jugé utile de dénoncer ce triste évènement.J’ai donc estimé aujourd’hui nécessaire de défendre l’honneur radical et centriste en rappelant que le parti de Jean Zay à Orléans, ne saurait en aucune manière souffrir, au sein de la formation politique auquel il appartient, comme dans les alliances dont il est membre, de dérives xénophobes racistes et antisémites, ainsi que de tous discours porteurs de haine ou de discrimination.


Orléans le 14 octobre 2013,

Pascal Vilain

Coupures de presse à ce sujet / liens par ordre chronologique :
Pour info

La République du Centre, 15 octobre 2013

La République du Centre, 16 octobre 2013

    jeudi 3 octobre 2013

    Le centre et la droite s'uniront-ils pour les prochaines municipales à Gien ? (par La République du Centre)

    Voici un extrait d'un article publié dans l'édition de Montargis-Gien du quotidien La République du Centre, en date du 3 octobre 2013 :
    [...] «À Gien, qui est tenue par un UDI, et à Sully, il ne faut pas de division. »

    La phrase est du sénateur UMP Jean-Noël Cardoux, interrogé sur les élections municipales par nos confrères du site Magcentre.fr il y a quelques jours.

    « Je suis le parti dominant, tout m'est dû »

    Des propos sur lesquels il est revenu un peu plus tard, estimant qu'il avait sans doute été mal compris. « On pourrait en déduire que je soutiens la candidature à Gien de Patrick Chierico, maire sortant UDI, contre celle de Christian Bouleau (UMP). Ce n'est pas le cas et je ne veux pas me mêler de ça. D'abord parce je n'ai pas connaissance d'accord entre les deux partis au niveau départemental. Et ensuite parce que je ne pense pas qu'on puisse considérer Patrick Chierico comme un candidat UDI. Il a pris sa carte très récemment, sans doute dans une perspective électorale. Gien n'est pas un bastion UDI et ne l'a jamais été : Jean-Pierre Hurtiger n'a jamais été encarté, ce n'est un secret pour personne. L'union, donc, oui, mais pas forcément au détriment de l'UMP. »
    Pour Pascal Vilain, président départemental du Parti radical valoisien (PRV), l'une des composantes de l'UDI, l'union avec l'UMP est une évidence, les deux formations restant très proches idéologiquement. Cependant, lors d'élections précédentes, le parti de François Copé n'avait rien lâché dans le Giennois, malgré des accords théoriques avec le centre-droit.

    « Dans le Loiret, la logique de l'UMP est de dire : "Je suis le parti dominant, tout m'est dû." Pour nous, la situation est très claire, nous avons un maire sortant UDI à Gien. Si des obstacles ou des difficultés surviennent, nous en tiendrons compte. » [...]

    mercredi 2 octobre 2013

    La Fédération du Loiret du Parti Radical se félicite du rapprochement actuel de l’UDI avec le MODEM et appelle tous les centristes du Loiret ne l'ayant fait à les rejoindre

    Fédération du Loiret

    Communiqué


    Le Parti radical du Loiret qui a toujours été aux avants-postes de la reconstitution d’un grand parti de centre droit, à la suite de son appel public du 10 juin 2010 au rassemblement des centristes derrière Jean-Louis Borloo , se félicite du rapprochement actuel de l’UDI avec le MODEM de François Bayrou, dont il partage les valeurs républicaines laïques, solidaires, sociales, écologistes et européistes.

    Il souhaite vivement que la nouvelle et puissante force qui va en résulter se structure rapidement pour prendre toute sa place sur l’échiquier politique, notamment départemental, et s’inscrive, en perspective des prochaines élections municipales, dans une large alliance de la droite et du Centre droit pour faire barrage aux discours populistes de droite comme de gauche qui font l’actualité ainsi que pour dissuader l’UMP de la tentation frontiste exprimée récemment par les représentants d’un de ses courants.

    Le Parti Radical du Loiret engage aussi tous ceux qui doutaient de la capacité du Centre à se reformer et qui demeuraient encore en réserve, à se joindre à cette dynamique de rassemblement.


    Orléans le 2 octobre 2013,


    Pascal Vilain
    Retour presse :


    La République du Centre, 04 octobre 2013