Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

mercredi 30 octobre 2013

ARENA : un report sine die qui sonne le glas de l'ambition sportive nationale et internationale d'Orléans

Fédération du Loiret

COMMUNIQUE

La fin du projet ARENA, ou tout du moins son renvoi sine die, sonne le glas de l’ambition orléanaise de devenir un des grands carrefours français du sport.

L’Opposition municipale s’en glorifie.

Pourtant nul ne peut contester sérieusement que La France et son sport national, la Région Centre et ses équipes championnes, Orléans et son agglomération dans leur  dynamique de développement, avaient besoin d’un tel équipement, également projeté multimodal, seul susceptible de permettre l’organisation d’événements sportifs ou culturels de niveau international.

Orléans  vient donc de perdre une nouvelle fois la chance de pouvoir s’arracher de son orbite parisienne et de se hisser parmi les métropoles françaises et européennes de demain.

Notre ville, au sein de son aire de développement, a en effet besoin d’être pensée pour ce qu’elle ambitionne de devenir, c’est-à-dire avec des équipements phares de nature à lui procurer un rayonnement européen et international lui garantissant son attractivité et  donc sa prospérité.

C’est pourquoi une ARENA, malgré son coût, lui était nécessaire.

Je déplore donc la politique à courte vue avec laquelle la Gauche, qu’elle soit Opposition à Orléans, Majorité régionale ou encore au  Gouvernement, a fait avorter ce projet.

Je préfère néanmoins ce manque de vision de sa  part à des préoccupations plus bassement politiciennes, car ce sont les orléanais, les loirétains, les habitants de la Région Centre et finalement tous les Français qui vont s’en trouver victimes.

Orléans, le 30 octobre 2013

Pascal Vilain