Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

jeudi 3 octobre 2013

Le centre et la droite s'uniront-ils pour les prochaines municipales à Gien ? (par La République du Centre)

Voici un extrait d'un article publié dans l'édition de Montargis-Gien du quotidien La République du Centre, en date du 3 octobre 2013 :
[...] «À Gien, qui est tenue par un UDI, et à Sully, il ne faut pas de division. »

La phrase est du sénateur UMP Jean-Noël Cardoux, interrogé sur les élections municipales par nos confrères du site Magcentre.fr il y a quelques jours.

« Je suis le parti dominant, tout m'est dû »

Des propos sur lesquels il est revenu un peu plus tard, estimant qu'il avait sans doute été mal compris. « On pourrait en déduire que je soutiens la candidature à Gien de Patrick Chierico, maire sortant UDI, contre celle de Christian Bouleau (UMP). Ce n'est pas le cas et je ne veux pas me mêler de ça. D'abord parce je n'ai pas connaissance d'accord entre les deux partis au niveau départemental. Et ensuite parce que je ne pense pas qu'on puisse considérer Patrick Chierico comme un candidat UDI. Il a pris sa carte très récemment, sans doute dans une perspective électorale. Gien n'est pas un bastion UDI et ne l'a jamais été : Jean-Pierre Hurtiger n'a jamais été encarté, ce n'est un secret pour personne. L'union, donc, oui, mais pas forcément au détriment de l'UMP. »
Pour Pascal Vilain, président départemental du Parti radical valoisien (PRV), l'une des composantes de l'UDI, l'union avec l'UMP est une évidence, les deux formations restant très proches idéologiquement. Cependant, lors d'élections précédentes, le parti de François Copé n'avait rien lâché dans le Giennois, malgré des accords théoriques avec le centre-droit.

« Dans le Loiret, la logique de l'UMP est de dire : "Je suis le parti dominant, tout m'est dû." Pour nous, la situation est très claire, nous avons un maire sortant UDI à Gien. Si des obstacles ou des difficultés surviennent, nous en tiendrons compte. » [...]