Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

mardi 15 octobre 2013

Réaction du Parti Radical Loiret à l' "affaire de la quenelle" relative à une réunion des jeunes de l'UDI, de l'UNI et de l'UMP

Fédération du Loiret


Communiqué

J’ai pris connaissance avec consternation que de jeunes militants se prétendant issus de l’UDI , s’en déclarant même responsable pour l’un d’entre eux, ont organisé et tenu il y a une huitaine de jours une réunion festive en présence de représentants des mouvements UNI et jeunes Pop, à l’issue de laquelle des manifestations à caractère antisémite ont été constatées et, pire encore, rendues publiques.

C’est ainsi que sur des photographies de groupe qui viennent d’être publiées dans la Presse, plusieurs jeunes exhibent le signe antisémite dit « salut de la quenelle ».

Je réprouve avec la plus grande vigueur la naïveté avec laquelle de jeunes centristes ont pu se laisser précipiter dans un tel traquenard aux relents xénophobes et racistes.

Je serai plus sévère à l’égard des organisateurs et notamment de celui qui s’est présenté comme le responsable des jeunes UDI et qui n’est pour le moment que le jeune protégé et membre du bureau du président départemental de l’UDI, en raison de l’imprudence et de l’inconséquence avec laquelle il a convié de jeunes réactionnaires à cette soirée et les a laissés s’exprimer.

A cet égard il est très important de souligner que les jeunes radicaux n’étaient pas présents à cette réunion, à laquelle il n’était guère envisageable qu’ils assistent, compte tenu de la sensibilité très droitière de participants issus de l’UNI ou du CNIP, parti d’ailleurs récemment exclu de l’UDI pour cette raison.

J’approuve donc la réaction rapide et ferme de condamnation du secrétaire général de l’UMP du Loiret, Monsieur Stéphane Fautrat.

Je regrette par contre profondément le silence de plomb des instances dirigeantes de l’UDI du Loiret qui, à ma connaissance, n’ont pas jugé utile de dénoncer ce triste évènement.J’ai donc estimé aujourd’hui nécessaire de défendre l’honneur radical et centriste en rappelant que le parti de Jean Zay à Orléans, ne saurait en aucune manière souffrir, au sein de la formation politique auquel il appartient, comme dans les alliances dont il est membre, de dérives xénophobes racistes et antisémites, ainsi que de tous discours porteurs de haine ou de discrimination.


Orléans le 14 octobre 2013,

Pascal Vilain

Coupures de presse à ce sujet / liens par ordre chronologique :
Pour info

La République du Centre, 15 octobre 2013

La République du Centre, 16 octobre 2013