Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

vendredi 26 septembre 2014

Hervé Morin candidat à la présidence de l'UDI à Orléans le 27/09/2014

Fédération du Loiret


Aux radicaux du Loiret

Orléans, le 26 septembre 2014


OBJET : Réunion Hervé Morin

Mesdames, Messieurs, chers Amis radicaux,

Je vous rappelle qu’Hervé MORIN, candidat à la présidence de l’UDI, sera à Orléans demain samedi 27 septembre à 11 heures, salle des Chats Ferrés, 3bis rue des Chats Ferrés

Hervé MORIN m’a fait l’honneur et l’amitié de m’en aviser personnellement et à votre intention.

Nous devons nous efforcer de faire vivre la démocratie interne pour que l’élection de notre futur président soit exemplaire et renforce l’UDI.

Le Parti radical, fondateur de l’UDI,  a décidé de traiter de la même manière, c’est-à-dire en équité et avec impartialité, tous  les candidats qui le solliciteraient, pour retransmettre à ses adhérents  leurs informations ou invitations à caractère électoral.

Comme membres adhérents de l’UDI nous devons considérer que cette élection au sein de notre famille politique relève davantage de l’émulation que de la compétition.

C’est pourquoi je vous invite, quelle que soit votre intention de vote, à venir saluer Hervé MORIN demain matin.

Je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, chers Amis, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs. 

Pascal VILAIN

mardi 24 juin 2014

Pour moi Laurent Hénart, élu président du Parti Radical à 61% des voix, est l'homme de la situation

Le journal en ligne Apostrophe45.fr y a consacré un article très intéressant à cette adresse :


Voici des passages qui ont été repris par les journalistes à l'occasion d'une interview à chaud peu après les résultats du vote :

« J'ai milité pour Laurent Hénart parce qu'il s'est engagé à faire en sorte que l'UDI ait un mode de fonctionnement différent de celui adopté ces deux dernières années. Il y a un vrai problème de démocratie interne, tant au niveau national que départemental »

« Laurent Hénart s'est engagé à permettre un fonctionnement plus fédéral, plus fédéraliste, de l'UDI. Les radicaux ont exprimé pour le Parti radical leur volonté qu'il ne soit pas dissous dans l'UDI, pour qu'il investisse ses candidats. Il va falloir imaginer une évolution statutaire. Pour les municipales à Orléans, le Parti radical a été très mal servi. On était sur une ligne de fracture »

mercredi 18 juin 2014

Réaction à l'article du Canard Enchaîné du 18 juin 2014 à propos de prétendues adhésions truquées au PR45

Une fois n’est pas coutume, la fédération du Loiret du Parti Radical a été promue par la Presse nationale « à scandale » comme exemplaire ... à l'échelon national ...

Elle y a été en effet présentée par le Canard enchaîné de ce mardi 18 juin 2014... comme représentative d'un phénomène de fausses adhésions ou d'adhésions "bidon" dans le cadre des élections internes actuellement en cours pour la Présidence du Parti radical et sensées opposer "radicalement" Laurent Hénart à Rama Yade.

Le seul problème est que le Canard produit à l'appui de ses affirmations un extrait du fichier national des adhérents du Loiret sans avoir pris la précaution de vérifier ses allégations auprès ni des intéressés ni du Président de la fédération.

Or si plusieurs membres d'une même famille (au patronyme heureusement masqué dans l’article) sont effectivement adhérents de la fédération du Loiret, cette famille est composée d'adhérents-militants historiques qui ont été de toutes les campagnes des candidats du Parti Radical du Loiret depuis 20 ans, qui participent à toutes les réunions internes, qui y exercent leur droit de vote et que nous sommes très fiers de compter parmi nos membres les plus fidèles.

Le lecteur averti notera d'ailleurs, sur cette coupure de presse, que tous les membres concernés de cette famille étaient déjà adhérents en 2013, 2012, 2011 ou 2010, années où ils ne pouvaient imaginer la nature de l'élection 2014 en cause ni le nom des futurs candidats. 

Ils ne sont donc pas devenus adhérents du Parti Radical pour voter spécifiquement Laurent Hénart ou Rama Yade comme le Canard a voulu l'illustrer.

L'exemple du Canard est donc très mal choisi, puisqu’il constitue précisément un contrexemple, mais nous le remercions pour la publicité qu'il nous accorde.

Dans cette affaire, pour ce qui concerne la fédération du Loiret du Parti Radical, le Canard reste donc le "bec dans l'eau".

J’entends affirmer d’ailleurs que la fédération du Loiret s’est attachée à ce que les élections se tiennent de la manière la plus loyale et la plus transparente. Elle a reçu, à leur demande, de la même manière et avec les même égards les deux candidats, et aucune consigne de vote n’a bien sûr été donnée.

Je rappelle que pour garantir la fiabilité des opérations électorales, l’élection s’effectue par un vote national direct, individuel et électronique de tous les militants à jour de leur cotisation 2014 et que la liste électorale a été arrêtée pour les nouveaux adhérents 2014 au 16 mai dernier, les anciens adhérents pouvant renouveler leur adhésion jusqu’au moment du vote. Les adhérents ainsi habilités à voter reçoivent un code individuel. 

Je déplore le discrédit, qu’à l’occasion de cette élection, une certaine presse semble attachée à jeter sans vérification ni justification préalable sur le fonctionnement interne du Parti Radical au prétexte sans doute des très mauvais exemples donnés par d’autres formations politiques.

Au contraire l’exercice démocratique auquel se livre aujourd’hui le Parti Radical pour se choisir son nouveau président au suffrage universel et sur la base des programmes argumentés présentés aux militants par deux candidats aux personnalités aussi différentes que fortes et complémentaires doit servir d’exemple.Pour cette démocratie interne que nous faisons vivre de cette manière, et en dépit parfois de la violence des arguments électoraux, je suis fier de mon parti.

Pascal Vilain
Président du Parti Radical Loiret (UDI)

 [M.A.J. 19/06/2014 15h52]

Cf. Pour info : 

Le Canard Enchaîné, édition du 18 juin 2014



M.A.J. 19/06/14 à 22h50

Retour presse

mardi 17 juin 2014

Interview réaction à la polémique sur de prétendues fausses adhésions en vue des élections nationales à la présidence du Parti Radical


PV : - "Il y a 15 nouvelles adhésions au Parti Radical [Loiret] ... mais valides"

«Avec ces nouveaux venus, nous avons à peu près 140 adhérents. La campagne des deux candidats qui sont venus à Orléans et l'intérêt suscité par la succession de Jean-Louis Borloo, expliquent cette progression des adhésions.»

« Il est temps d'institutionnaliser le mode de fonctionnement des partis politiques pour plus de transparence : qui a le droit d'adhérer, comment le président est-il élu, quels sont les statuts, comment les candidats à telle ou telle élection sont-ils désignés, etc. ? Et que ce soit pour tous les partis le même règlement. Cela permettrait aussi de retisser un lien de confiance avec les électeurs ».

lundi 26 mai 2014

Communiqué faisant suite aux élections européennes : Vers une refondation de l'UDI

Fédération du Loiret
Le Président

Orléans, le 26 mai 2014

COMMUNIQUE 

Les électeurs français ont largement placé le Front National en tête des suffrages exprimés aux élections européennes dans notre département ainsi que dans l’ensemble de la circonscription Centre-Massif Central tandis que l’UDI alliée au MODEM n’a pas réussi à franchir le seuil des 10% et à faire réélire sa députée sortante Sophie AUCONIE.

En dépit d’une très belle campagne et malgré l’exemplarité de son engagement européen Sophie AUCONIE vient de subir les conséquences d’un vote sanction, plus politico-septique qu’euro-septique, de la part d’électeurs français désabusés par le spectacle affligeant de nos principaux partis politiques dits « de gouvernement », tellement empêtrés dans leurs contradictions, leurs divisions et leurs scandales internes qu’ils en ont oublié leur devoir de conduite pour donner à nos concitoyens une vision claire et positive de notre avenir européen.

L’échec de la liste UDI MODEM dans la Région Centre Massif Central résulte aussi du manque de visibilité de l’UDI sur l’échiquier politique après le retrait de Jean Louis Borloo et faute pour elle de s’être donné, dans ces élections européennes, un leader charismatique comme tête de liste et chef de file national à l’image de Rama Yade, susceptible d’incarner le renouvellement, la jeunesse, et l’espoir.

Ce défaut de réussite tient encore à la situation précaire de l’UDI, qui demeure toujours en phase transitoire de constitution, après le retrait de son président fondateur, et qui ne s’est donc pas encore dotée d’une organisation interne stable, de représentants nationaux légitimes, d’une doctrine et d’une ligne politique claires et affirmées, déterminant notamment ses alliances.

Mais il faut rappeler que les listes de la Droite et du Centre totalisent ensemble la majorité des suffrages et que ce constat doit être la base d’une réflexion pour l’élaboration d’un projet politique commun aux deux sensibilités.

Pour relever la tête du Centre, les chantiers prioritaires dans les prochains mois devront donc nous conduire à :
- refonder l’UDI
- lui donner une doctrine politique claire et conforme à ses valeurs fondatrices : humanistes, sociales, laïques, républicaines, écologiques et bien sûr européistes.
- lui rendre une ligne politique précise et intangible identifiant et conditionnant ses alliances.
- affirmer en toutes circonstances son indépendance.

vendredi 23 mai 2014

Invitation à rencontrer Rama Yade, candidate à la présidence du Parti Radical

Fédération du Loiret
Le Président


Aux radicaux du Loiret

Orléans, le 22 mai 2014

Mesdames Messieurs,

Chers Amis,

Rama YADE, candidate à la présidence du Parti Radical, sera à Orléans, demain vendredi 23 mai au restaurant le Brin de Zinc, 62 rue Sainte Catherine entre 12 et 16 heures.

Je vous transfère l’invitation qui m’a été adressée ce jour à votre intention par Jean-Jacques ETIENNE, représentant de son comité de soutien en Région Centre.

Notre Parti a la chance de vivre un vrai débat démocratique interne pour le choix de son futur président.

C’est pourquoi je vous invite à faire vivre notre démocratie interne en participant le plus largement possible à cette élection et surtout en exerçant votre droit de vote.

Je vous prie de croire, chers Amis radicaux, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Pascal VILAIN


Retour presse :

Photos :

Pascal Vilain, Rama Yade, Jean-Jacques Etienne, Mme Boudzy
au restaurant "Le brin de zinc", entourés des militants radicaux (table en "U")

Rama Yade et le bouquet de fleurs "bleu blanc rouge" offert par la fédération du Loiret

jeudi 22 mai 2014

Appel à la mobilisation en faveur de Sophie Auconie, candidate tête-de-liste UDI à l'euro-députation

Fédération du Loiret
Le Président


Aux radicaux du Loiret

Orléans, le 22 mai 2014

Mesdames, Messieurs,

Chers Amis,

Mesdames, Messieurs,

Chers Amis,

Pour le Parti Radical, l’UDI et le Centre rassemblé, les élections européennes sont un enjeu crucial.

En effet ce sera l’occasion de mesurer dans un scrutin national la représentativité de notre famille politique qui demeure bien identifiée par nos concitoyens comme le plus fervent défenseur d’une construction européenne plus intégrée et plus politique.

Parce que l’Europe est pour nous un choix d’avenir, nous voulons en recentrer les compétences sur l’essentiel afin de la construire plus vite.

Dans notre Région, nous avons misé pour cela sur la compétence, la conviction et l’engagement total de notre députée Européenne SOPHIE AUCONIE.

Le mode de scrutin est tel que les prévisions statistiques ne nous laissent guère espérer qu’un seul élu sur la liste qu’elle conduit. Nous devons donc tout faire pour obtenir l’élection de Sophie.

Chaque voix comptera et je vous demande de vous mobiliser pour faire voter pour elle dimanche prochain.

Je vous prie de croire, Chers Amis radicaux, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Vous en remerciant,

Je vous prie de croire, Chers Amis radicaux, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs. 

Pascal VILAIN

vendredi 9 mai 2014

Invitation à rencontrer L. Hénart, candidat à la présidence du Parti Radical

Fédération Région Centre
INVITATION A UNE CONFÉRENCE DE PRESSE

 L'absence de Jean Louis BORLOO assigne aux centristes un nouvel impératif: après la réussite de la réunion des centristes au sein de l'UDI, il leurs faut suppléer à son désengagement obligé.

Ainsi le PART RADICAL procédera au mois de JUIN à l'élection de son nouveau Président.

Laurent HENART est candidat; Ancien secrétaire d'état sous RAFFARIN, député battu aux dernières législatives, Laurent HENART vient de réussir à maintenir le radicalisme dans le Grand Est en devenant maire de NANCY, après André ROSSINOT, autre radical notoire.

A la Présidence du PARTI RADICAL, il est confronté tout particulièrement à la candidature            d’un autre ancien ministre RAMA YADE.

Préalablement à la rencontre du candidat avec les cadres régionaux du PARTI RADICAL, vous êtes invité à la Conférence de Presse de LAURENT HENART sur ces questions et leurs répercutions locales au sein de l'UDI:

à l'initiative de

Pascal VILAIN, Président de la Fédération du Loiret
Grégoire MALLEIN, Président de la Fédération Région CENTRE
  
CONFERENCE DE PRESSE  de  Laurent HENART
Maire de NANCY  Ancien Ministre
SAMEDI 10 mai  11 h 30 
« Au CLUB 15 »    15, rue de la Bretonnerie, 45000 ORLEANS

**
Retour presse :

La République du Centre, édition du 11 mai 2014

Photos :

Pascal Vilain, Laurent Hénart, Alexandra de Changy


Lettres de candidature de R. Yade et L. Hénart à la Présidence du Parti Radical

Fédération du Loiret
Le Président


Aux radicaux du Loiret

Orléans, le 9 mai 2014

Mesdames, Messieurs,

Chers Amis,

A la demande des deux candidats déclarés à la Présidence de notre parti, je vous prie de trouver ci-joint leur déclaration de candidature.

Par ailleurs je vous rappelle que dans le cadre de cette campagne électorale interne, Laurent HENART sera à Orléans demain samedi au Club 15, 15 rue de la Bretonnerie, dans le cadre d’une réunion régionale, à partir de 11 H 30.

Dans l’attente de vous y rencontrer,

Avec mes amitiés radicales.

Pascal VILAIN

**




Chers amis radicaux,

Au moment où j’écris, j’ai évidemment une pensée affectueuse pour Jean-Louis Borloo auquel je veux exprimer notre plus profonde gratitude. Durant ces années, j’ai eu le privilège, en qualité de Secrétaire général, de l’accompagner fidèlement et de servir notre famille à toutes les étapes de son histoire récente.

Comme beaucoup de radicaux me l’ont demandé, et parce que c’est le sens de mon engagement, j’ai décidé de présenter ma candidature à la présidence de notre parti. Militant radical depuis l’âge de 20 ans, je n’ai eu de cesse de défendre nos valeurs dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, qu’il s’agisse de député de la Meurthe-et-Moselle durant dix ans, de secrétaire d’Etat auprès de Jean-Louis Borloo pour la mise en œuvre du plan de cohésion sociale et comme maire de Nancy.

Dans un débat public dominé par l’immédiateté, les fidélités successives et les « commentaires de commentaires », le Parti Radical doit continuer à être ce lieu de réflexion, capable de faire naître le consensus. Plus qu’une famille politique, le Parti Radical est une philosophie dont l’influence intellectuelle s’exerce au-delà des clivages. Durant vingt ans, j’ai pu mesurer, au Parlement comme sur le terrain, combien cette tradition était notre force dans un paysage politique marqué par l’inconstance voire l’inconsistance.

Cette attitude profondément républicaine nous a conduit à adopter, dès 2012, un positionnement original : « l’opposition constructive ». Face à une gauche sans cap et sans repère, les Français attendent plus que des invectives qui alimentent le populisme et découragent les électeurs. Nous, radicaux, avons su rester fermes sur les principes, sans jamais refuser le dialogue lorsque l’intérêt de la France était en jeu.

C’est ce Parti Radical que j’aime, que je veux défendre, et que je veux faire entendre dans le paysage politique. Maire de Nancy, plus grande mairie radicale de France, je me suis engagé auprès de mes électeurs à ne briguer aucun autre mandat pour être disponible et conserver ma liberté de parole.

Aujourd’hui, devant vous, je m’engage également à n’exercer aucune autre fonction politique : je serai un président totalement et exclusivement radical. Si je suis élu, je démissionnerai de mon poste de secrétaire général de l’U.D.I et n’exercerai aucune fonction exécutive dans cette formation.

Maire libre et comblé, je n’ai rien à négocier, ni à demander. Cette indépendance, je souhaite la mettre au service des radicaux et de leurs revendications, notamment dans le cadre de nos relations avec l’U.D.I. Mon premier acte sera de demander une réforme de ses statuts pour clarifier, à la suite du retrait de Jean-Louis Borloo, ses relations avec le Parti Radical, dans les domaines des investitures, de la composition de ses instances et de la répartition du financement public.

Parce que je m’inscris dans une démarche profondément collective, je souhaite être un président « chef d’équipe », facilitateur et animateur, permettant à chacune et à chacun d’entre vous de s’épanouir, d’accéder aux responsabilités et de faire entendre sa voix. Durant les prochaines semaines, je constituerai une équipe féminisée, disponible, mariant jeunesse et expérience, à l’image du Parti Radical d’aujourd’hui.

Vous renouvelant mes plus sincères remerciements pour vos messages d’amitié et de soutien ainsi que pour votre fidélité, j’espère vous retrouver nombreux pour écrire, ensemble, une nouvelle page de l’histoire du Parti Radical.

Laurent Hénart

Maire de Nancy
Ancien Ministre
Candidat à la Présidence du Parti Radical


**


Cher(e)s Ami(e)s,

J’ai décidé d’être candidate à la Présidence du Parti Radical.

Deux raisons m’ont amenée à me présenter.

D’abord, le souhait de plus de la moitié des fédérations de notre Parti de me soutenir, appuyées notamment par l’Association des Radicaux historiques et un comité de soutien de 300 personnalités amené par François LOOS, notre ancien président et Sabine SERVAN-SCHREIBER, épouse de Jean-Jacques.

Mes soutiens, ce sont des historiques du Parti, bien décidés à défendre sa survie face aux menaces de dissolution ou de dilution. Face aussi au projet de transformation du parti en fondation, évoqué par notre Secrétaire Général lors de la création de l’UDI. Tout le monde s’en est inquiété. Nos grands anciens ne l’auraient jamais accepté. Moi non plus.

Ensuite, ma détermination à incarner le Parti Radical. Je veux mieux le faire connaître aux Français grâce à davantage de visibilité. Une visibilité qui valorisera nos candidats aux élections. Une médiatisation qui mettra en lumière nos valeurs. Elle ne fait pas tout mais c’est une nécessité pour un parti politique. Une Présidente à audience nationale, c’est un Parti Radical fort, qui renforcera aussi l’UDI.

Nos valeurs sont anciennes, mais si actuelles. Je souhaite les porter sur la scène politique nationale. Que Marine Le PEN se présente comme le chevalier blanc de la Laïcité est une aberration. C’est l’échec des Républicains. La Laïcité, c’est notre patrimoine. A nous Radicaux. Ce sera notre reconquête ! Faisons la partager à l’ensemble des Français.

De Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER à Jean-Louis BORLOO, en passant par André ROSSINOT, le Parti Radical a souvent fait le choix, un choix de survie, de porter à sa tête une personnalité connue et reconnue des Français. Jean-Louis est ainsi devenu président après seulement 2 ans de radicalisme ! Je veux lui rendre hommage. Contrairement à la plupart des hommes politiques qui s’accrochent au pouvoir, il a l’honnêteté de dire qu’il n’a plus la force de continuer.

Un jour, alors que nous étions collègues au Gouvernement, Jean-Louis m’a demandé de rejoindre le Parti Radical. Il me voyait si mal à l’aise avec la « ligne Buisson ». La venue de KADHAFI en France. L’effondrement de notre système éducatif. La montée du FN. Devenue sa porte-parole, j’ai démissionné de mon poste d’ambassadeur de France à l’UNESCO pour l’accompagner. Depuis, je n’ai jamais mis mon drapeau radical dans la poche, me risquant, comme beaucoup d’entre nous, à me présenter aux élections avec la seule étiquette radicale.

Pour moi, le radicalisme, c’est cela. Une conviction républicaine. Un attachement aux Droits de l’Homme. Une foi dans le solidarisme cher à Léon BOURGEOIS. Une confiance en l’instruction publique.

Ne gérant pas -encore- de mandat national ou une grande ville et n’ayant nulle ambition pour la présidence de l’UDI, j’ai une grande disponibilité. Je suis à vos côtés chaque fois que vous me le demandez. Cette disponibilité m’a permis, en tant que 1ère Vice-présidente du Parti Radical, de faire plusieurs fois le tour de France des fédérations, y compris lors des municipales où j’ai été soutenir une trentaine de candidats radicaux. Ma candidature, c’est celle du terrain, des militants, des adhérents.

Je veux enfin incarner une candidature de rassemblement, pacifique et respectueuse des autres candidats. Nous sommes une même famille.

Nous avons vocation à nous retrouver. Cela n’empêche pas les différences, comme le montre ma nette opposition au projet de fondation.

Mes deux premières décisions, si je suis élue, seront de modifier la procédure d’adhésion et notre système de financement afin de restaurer nos moyens de fonctionnement. Et, très vite, de travailler à un projet pour la France, dans la perspective de la prochaine présidentielle.

C’est vous, chers Adhérents, qui détenez le pouvoir suprême de dire si vous voulez un parti fort, visible et tourné vers l’avenir. La présidence du parti n’est pas un droit héréditaire. Elle doit se gagner au mérite. Au projet. A l’équité. C’est la démocratie.

Montrons ensemble à la France que nous sommes le parti du Progrès, dont les Radicaux se réclament depuis un siècle.

Amitiés radicales,

Rama Yade
Candidate à la présidence du Parti Radical

mardi 6 mai 2014

Lettre d'information aux radicaux au sujet de l'élection à la présidence du Parti Radical

Fédération du Loiret
Le Président


Aux radicaux du Loiret

Orléans, le 6 mai 2014

Mesdames, Messieurs,

Chers Amis

A la suite de la renonciation de Jean-Louis BORLOO à l’exercice de tous ses mandats notre parti va procéder à l’élection de son nouveau président dans les prochaines semaines.

A ce jour deux candidats se sont déclarés officiellement, à ma connaissance, Laurent HENART et Rama YADE, sachant que pour être validées, les candidatures doivent être soutenues par au moins cinq présidents de fédération, à jour de leurs obligations.

L’arrêt de la liste électorale interviendra le Vendredi 16 mai 18h et tout nouvel adhérent à partir de cette date ne pourra participer au vote.

Du 16 juin 10h au dimanche 22 juin 18 h aura lieu le vote du premier tour. Seuls les adhérents à jour de cotisation 2014 pourront voter. Les adhérents recevront toutes les instructions nécessaires pour participer à ce vote.

Les renouvellements d’adhésions (pour les adhérents 2012 et 2013) sont acceptés jusqu’au vote, mais le plus tôt sera le mieux !

Le vote se fera par internet via tout ordinateur, avec un système de code personnel et confidentiel, non connu de la Place de Valois (système externalisé). Un courrier ou un mail avec le code sera envoyé à chaque membre de cette liste électorale. Pour les adhérents qui n’auront pas cotisé en 2014, leur code ne sera pas activé et ils ne pourront pas voter en l’état.

La proclamation des candidats au 2nd tour s’effectuera le mercredi 25 juin.

Le Début du vote du 2ème tour se fera à partir du lundi 30 juin à 10h. Les adhérents conserveront le même code de vote.

Le WE 5-6 juillet le Congrès du Parti Radical se tiendra à Paris (ou région parisienne).

Dans ces conditions, je vous invite à renouveler votre adhésion pour 2014, si vous ne l’avez déjà fait, dès que possible soit directement sur le site du Parti radical soit en me l‘adressant avec le chèque correspondant.

Par ailleurs vous trouverez ci-joint en annexe l’invitation que notre Président Régional, Monsieur Grégoire MALLEIN m’a adressée à votre intention pour rencontrer Laurent HENART à Orléans samedi prochain.

Avec mes sentiments les plus cordiaux.

Pascal VILAIN

mercredi 26 février 2014

Candidat aux élections municipales à Argent-sur-Sauldre !



Communiqué
(envoyé à la presse par mon équipe de campagne)

Pascal Vilain a annoncé officiellement sa candidature à l’élection municipale d’Argent-sur-Sauldre mardi soir 25 février à 18H30 devant ses coéquipiers et leurs amis rassemblés au Pub Saint Patrick.

Il a chaleureusement remercié ses futurs colistiers pour l’avoir choisi comme tête de liste et a renouvelé son engagement auprès d’eux de faire triompher leur projet d’une alternance dynamique et innovante à la tête de la municipalité.

Il a en effet affirmé l’urgente et impérieuse nécessité d’une relève de l’équipe en place après avoir fait le constat que tous les chiffres clefs de la commune sont actuellement dans le rouge (endettement excessif – dépopulation accélérée).

Il a également félicité ses colistiers pour leur engagement citoyen. En effet grâce à leur candidature les argentais pourront enfin choisir démocratiquement leur maire, leurs adjoints et leurs conseillers, alors qu’ils en avaient été privés en 2008, en l’absence de liste concurrente.

Pascal Vilain s’est également engagé à redonner à Argent une nouvelle vitalité avec la certitude que ses colistiers apporteront l’expérience, l’expertise, mais aussi l’énergie et créativité dont la commune à aujourd’hui besoin.

Pascal Vilain a déclaré qu’à la tête d’une équipe unie et volontaire il s’investira totalement pour la ville qui l’a vu naître et grandir et où sa famille et ses amis sont partout très présents ».

Puis il a lancé la campagne par ces mots « Aujourd’hui pour demain, tous ensemble, pensons Argent différemment ».


L'équipe de Pensons Argent Différemment


Rendez-vous sur le site de campagne http://pensonsargentdifferemment.fr


- PHOTOS -

En plein discours

Avec Jean-Pierre Gourdou
lors du pot qui a suivi le discours de lancement de campagne


- RETOUR PRESSE -

- Presse papier (PQR) :

Le Berry Républicain, 25 février 2014


Le Journal de Gien, 27 février 2014

Le Berry Républicain, 28 février 2014

Le Journal de Gien, 13 mars 2014


- Sur internet :

lundi 13 janvier 2014

Vœux et lancement de campagne de Patrick Chierico, maire et candidat (PR-UDI) à Gien pour 2014

Dimanche 12 janvier 2014, dans l'après midi, je suis venu soutenir Patrick Chierico, maire de Gien (PR-UDI) et candidat à sa succession en 2014, ici avec son épouse, lors de sa cérémonie des vœux qui marquait aussi le lancement de sa campagne.

Avec Patrick Chierico et son épouse














[Droits réservés sur les photos. Tout usage ou reproduction est interdit.]

jeudi 9 janvier 2014

Le pouvoir socialiste, avec la bénédiction du Conseil d'Etat, "combat la peste par le choléra".

Complément de communiqué adressé à la presse ce soir en suite de la décision du Conseil d'Etat interdisant le "spectacle" de Dieudonné à Nantes :

Madame, Monsieur le Rédacteur en Chef,

Suite à la décision rendue ce soir par le Conseil d’Etat invalidant celle du Tribunal Administratif de Nantes je vous prie de trouver ci-joint un complément de communiqué intégré à mon précédent texte :

« La décision du Conseil d’état de ce soir interdisant finalement le spectacle de DIEUDONNE, quels qu’en soient les motifs, dont je viens de prendre connaissance et qui me stupéfie, ne modifie pas mon point de vue, les faits étant établis et le périmètre juridique défini et constant.

Cette décision liberticide combat la peste par le choléra.

Je crains que demain les « politiquement mal-pensants », les humoristes politiquement engagés, les impertinents envers le pouvoir en place et autres libres penseurs ne soient préalablement censurés au nom d’une morale dominante qui aura pris les habits de l’Ordre public.

On ne peut que sanctionner et non prévenir un délit d’expression, à moins d’être certain qu’il sera commis, sauf à condamner l’intention et à interdire même la liberté de penser ».

Cf. communiqué précédent : http://blog.pascalvilain.fr/2014/01/dieudonne-nantes-on-ne-peut-pas.html

- Retour presse :


Dieudonné / Nantes : On ne peut pas "combattre la peste par le choléra"


COMMUNIQUE adressé cet après midi à la presse, à la suite de la décision rendue par le juge des référés du tribunal administratif de Nantes :

"Le Juge des référés du Tribunal administratif de Nantes vient de conclure de manière évidente le premier épisode de l’ahurissant et affligeant spectacle que donne le pouvoir politique, en suspendant l’exécution de l’arrêté d’interdiction de la représentation de DIEUDONNE dans cette ville.

En effet cette décision lui était imposée par le respect du droit naturel, inaliénable et sacré du citoyen tel qu’énoncé par l’article XI de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 4 août 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi».

Il n’est point besoin d’être exégète pour comprendre qu’on ne peut, en vertu de ce droit fondamental, interdire préventivement et par pétition de principe la libre expression des idées qu’elle qu’en soit la forme.
Seul l’abus de cette liberté, notamment par l’illicéité des propos qui seraient exprimés, doit être sanctionné. Et la France s’est dotée à cet effet d’un arsenal législatif efficace pour réprimer notamment, toutes les expressions publiques à caractère raciste antisémite ou xénophobe.

Rappelons que la marque de naissance de tous les états totalitaire a consisté dans l’encadrement ou la suppression de cette liberté.
Aucun pouvoir politique d’essence démocratique ne peut donc contrevenir à ce principe fondamental dit « de la liberté d’expression » sans remettre en cause le fondement même de nos institutions.

Justement à cet égard et contrairement aux stupéfiantes déclarations du Ministre Manuel VALLS les responsables politiques n’ont certainement pas à « prendre de risques » en adoptant des discours, initiatives et à fortiori des décisions de nature à remettre en cause la liberté d’expression alors que leur rôle premier en leur qualité d’élus de la République est de préserver et défendre nos libertés et droits fondamentaux.

En ma qualité de responsable du Parti radical, fondateur de notre République, je me crois donc autorisé à dénoncer l’opportunisme médiatique voire le populisme avec lequel le ministre de l’intérieur a délibérément :

- voulu jouer avec nos institution en demandant à des élus locaux déjà en mal de propagande électorale comme en ordonnant à ses préfets révérencieux , de prendre des décisions arbitraires et contraignantes pour la liberté d’expression alors qu’il reconnaissait ouvertement dans le même temps la fragilité du fondement légal d’un telle entreprise ;

- cru devoir donner aux décideurs locaux les clefs d’une machine à broyer les libertés individuelles par l’établissement d’une circulaire établie sur des faits et non sur le droit.

- donné une extraordinaire tribune médiatique à DIEUDONNE et une diffusion considérable à la gestuelle et aux paroles antisémites de ce dernier, alors que son devoir était au contraire d’en interdire, en tous cas d’en limiter la propagation.
Compte tenu de ce qui précède je considère aussi devoir mettre en garde les décideurs politiques contre l’accroissement de la dérive institutionnelle qu’apporteraient de nouveaux arrêtés d’interdiction des « productions sur scène » de DIEUDONNE et l’augmentation de la publicité qui serait faite à ses paroles, gestes et actes intolérables et illicites .

Dans le parfait respect de la loi et de nos principes constitutionnels je préconise que les autorités publiques requièrent simplement la présence de représentants des autorités préfectorales et judiciaires pour contrôler sur place la licéité des « spectacles » de DIEUDONNE et constater les éventuels délits commis par lui, afin d’engager, dans cette hypothèse, des poursuites judiciaires appropriées et rapides.

Ayant été de ceux qui ont dénoncé publiquement, en octobre dernier, les effets pernicieux sur la jeunesse de notre pays de la diatribe et de la gestuelle antisémites de DIEUDONNE, je souhaite donc que la répression nécessaire qui doit accompagner une telle ignominie ne se fasse pas au détriment de nos libertés fondamentales individuelles quel que soit le contenu que telle ou telle sensibilité politique donne de l’intérêt général ou de la morale publique.

Orléans le 9 janvier 2014,
 
Pascal Vilain
Président de la fédération du Loiret du Parti Radical