Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

mardi 24 juin 2014

Pour moi Laurent Hénart, élu président du Parti Radical à 61% des voix, est l'homme de la situation

Le journal en ligne Apostrophe45.fr y a consacré un article très intéressant à cette adresse :


Voici des passages qui ont été repris par les journalistes à l'occasion d'une interview à chaud peu après les résultats du vote :

« J'ai milité pour Laurent Hénart parce qu'il s'est engagé à faire en sorte que l'UDI ait un mode de fonctionnement différent de celui adopté ces deux dernières années. Il y a un vrai problème de démocratie interne, tant au niveau national que départemental »

« Laurent Hénart s'est engagé à permettre un fonctionnement plus fédéral, plus fédéraliste, de l'UDI. Les radicaux ont exprimé pour le Parti radical leur volonté qu'il ne soit pas dissous dans l'UDI, pour qu'il investisse ses candidats. Il va falloir imaginer une évolution statutaire. Pour les municipales à Orléans, le Parti radical a été très mal servi. On était sur une ligne de fracture »

mercredi 18 juin 2014

Réaction à l'article du Canard Enchaîné du 18 juin 2014 à propos de prétendues adhésions truquées au PR45

Une fois n’est pas coutume, la fédération du Loiret du Parti Radical a été promue par la Presse nationale « à scandale » comme exemplaire ... à l'échelon national ...

Elle y a été en effet présentée par le Canard enchaîné de ce mardi 18 juin 2014... comme représentative d'un phénomène de fausses adhésions ou d'adhésions "bidon" dans le cadre des élections internes actuellement en cours pour la Présidence du Parti radical et sensées opposer "radicalement" Laurent Hénart à Rama Yade.

Le seul problème est que le Canard produit à l'appui de ses affirmations un extrait du fichier national des adhérents du Loiret sans avoir pris la précaution de vérifier ses allégations auprès ni des intéressés ni du Président de la fédération.

Or si plusieurs membres d'une même famille (au patronyme heureusement masqué dans l’article) sont effectivement adhérents de la fédération du Loiret, cette famille est composée d'adhérents-militants historiques qui ont été de toutes les campagnes des candidats du Parti Radical du Loiret depuis 20 ans, qui participent à toutes les réunions internes, qui y exercent leur droit de vote et que nous sommes très fiers de compter parmi nos membres les plus fidèles.

Le lecteur averti notera d'ailleurs, sur cette coupure de presse, que tous les membres concernés de cette famille étaient déjà adhérents en 2013, 2012, 2011 ou 2010, années où ils ne pouvaient imaginer la nature de l'élection 2014 en cause ni le nom des futurs candidats. 

Ils ne sont donc pas devenus adhérents du Parti Radical pour voter spécifiquement Laurent Hénart ou Rama Yade comme le Canard a voulu l'illustrer.

L'exemple du Canard est donc très mal choisi, puisqu’il constitue précisément un contrexemple, mais nous le remercions pour la publicité qu'il nous accorde.

Dans cette affaire, pour ce qui concerne la fédération du Loiret du Parti Radical, le Canard reste donc le "bec dans l'eau".

J’entends affirmer d’ailleurs que la fédération du Loiret s’est attachée à ce que les élections se tiennent de la manière la plus loyale et la plus transparente. Elle a reçu, à leur demande, de la même manière et avec les même égards les deux candidats, et aucune consigne de vote n’a bien sûr été donnée.

Je rappelle que pour garantir la fiabilité des opérations électorales, l’élection s’effectue par un vote national direct, individuel et électronique de tous les militants à jour de leur cotisation 2014 et que la liste électorale a été arrêtée pour les nouveaux adhérents 2014 au 16 mai dernier, les anciens adhérents pouvant renouveler leur adhésion jusqu’au moment du vote. Les adhérents ainsi habilités à voter reçoivent un code individuel. 

Je déplore le discrédit, qu’à l’occasion de cette élection, une certaine presse semble attachée à jeter sans vérification ni justification préalable sur le fonctionnement interne du Parti Radical au prétexte sans doute des très mauvais exemples donnés par d’autres formations politiques.

Au contraire l’exercice démocratique auquel se livre aujourd’hui le Parti Radical pour se choisir son nouveau président au suffrage universel et sur la base des programmes argumentés présentés aux militants par deux candidats aux personnalités aussi différentes que fortes et complémentaires doit servir d’exemple.Pour cette démocratie interne que nous faisons vivre de cette manière, et en dépit parfois de la violence des arguments électoraux, je suis fier de mon parti.

Pascal Vilain
Président du Parti Radical Loiret (UDI)

 [M.A.J. 19/06/2014 15h52]

Cf. Pour info : 

Le Canard Enchaîné, édition du 18 juin 2014



M.A.J. 19/06/14 à 22h50

Retour presse

mardi 17 juin 2014

Interview réaction à la polémique sur de prétendues fausses adhésions en vue des élections nationales à la présidence du Parti Radical


PV : - "Il y a 15 nouvelles adhésions au Parti Radical [Loiret] ... mais valides"

«Avec ces nouveaux venus, nous avons à peu près 140 adhérents. La campagne des deux candidats qui sont venus à Orléans et l'intérêt suscité par la succession de Jean-Louis Borloo, expliquent cette progression des adhésions.»

« Il est temps d'institutionnaliser le mode de fonctionnement des partis politiques pour plus de transparence : qui a le droit d'adhérer, comment le président est-il élu, quels sont les statuts, comment les candidats à telle ou telle élection sont-ils désignés, etc. ? Et que ce soit pour tous les partis le même règlement. Cela permettrait aussi de retisser un lien de confiance avec les électeurs ».