Edito

Je suis très attaché à mes origines solognotes et berrichonnes. Et je prends toujours le plus grand plaisir à sillonner cette magnifique région, où je suis né, que j'habite, qui est celle de tous mes ancêtres, et où ma famille et mes amis sont partout très présents. Chaque endroit me rappelle un camarade d'école, un dossier traité en tant qu'avocat, des moments entre amis, un match de football auquel j'ai participé dans mes jeunes années, une partie de chasse avec mon père, une partie de pêche, le ramassage des châtaignes ou des champignons, de simples balades sur les petites routes ou les chemins ruraux, des fêtes populaires, des cérémonies familiales... Cet héritage, je l'ai aussi transmis à mes enfants.

Arrivé à l'âge de la maturité, et par mon action politique, je veux désormais contribuer à préserver ces territoires et à donner à leurs habitants le mieux vivre possible dans une France juste et solidaire.

Pascal Vilain

mardi 24 juin 2014

Pour moi Laurent Hénart, élu président du Parti Radical à 61% des voix, est l'homme de la situation

Le journal en ligne Apostrophe45.fr y a consacré un article très intéressant à cette adresse :


Voici des passages qui ont été repris par les journalistes à l'occasion d'une interview à chaud peu après les résultats du vote :

« J'ai milité pour Laurent Hénart parce qu'il s'est engagé à faire en sorte que l'UDI ait un mode de fonctionnement différent de celui adopté ces deux dernières années. Il y a un vrai problème de démocratie interne, tant au niveau national que départemental »

« Laurent Hénart s'est engagé à permettre un fonctionnement plus fédéral, plus fédéraliste, de l'UDI. Les radicaux ont exprimé pour le Parti radical leur volonté qu'il ne soit pas dissous dans l'UDI, pour qu'il investisse ses candidats. Il va falloir imaginer une évolution statutaire. Pour les municipales à Orléans, le Parti radical a été très mal servi. On était sur une ligne de fracture »